Veille Emploi de l'Observatoire des métiers de l'IMT

Toute l'information sur l'emploi et les métiers de nos diplômés

Les métiers en 2022 (rapport d’étape France Stratégie & DARES)

| 1 commentaire

Cette édition 2014 actualise les projections de 2012, en proposant 3 scénarios et des hypothèses de sortie de crise, ainsi que des pistes de réflexion en matière de politique publique

Les 3 scénarios et leurs conséquences sur la création d’emploi

  • Scénario central : sortie de crise progressive, avec une croissance plus forte que celle observée sur 2002-2012, mais sans rattrapage de la productivité. Cette hypothèse prudente prévoit un rythme de création d’emploi de 0,7% par an, et un taux de chômage en baisse qui atteindrait 8% en 2022
  • Scénario « de crise » : ralentissement de la demande mondiale, progression de la productivité du travail de seulement 0,6% par an qui entraînerait une dégradation de la compétitivité française et européenne (création de 620 000 emplois de moins que dans le scénario central)
  • Scénario « cible » : rebond de productivité de l’économie française grâce à une stratégie d’investissement et d’innovation, croissance du PIB de 1,8% par an entre 2012 et 2022 (création de 350 000 emplois de plus que dans le scénario central)

Entre 735 000 et 830 000 postes seront donc à pourvoir chaque année, selon le scénario envisagé. Environ 80% de ces postes correspondent à des départs en fin de carrière, les autres sont des créations nettes d’emploi

Quelque soit le scénario envisagé, les tendances sont les mêmes selon les métiers

  • De fortes créations d’emploi dans les métiers les plus qualifiés

De nombreux départs en retraite parmi les cadres assurant des « fonctions à dominante administrative et les managers (cadres de la banque et des assurances, cadres de la fonction publique, dirigeants d’entreprise…etc.). Ils seront moins nombreux pour les ingénieurs et cadres techniques de l’industrie, le personnel d’études et de recherche, et pour les ingénieurs en informatique, mais ces métiers bénéficieront d’une forte création d’emplois liées au développement des nouvelles technologies et de la R&D : 220 000 emplois supplémentaires sur les 10 prochaines années (2% par an en moyenne).

  • Développement des métiers qualifiés du bâtiment, des transports et de la logistique, en lien avec la rénovation et l’adaptation du parc de logements au vieillissement de la population et également au développement des normes réglementaires et environnementales

A noter que si les perspectives sont les mêmes quelque soit le scénario, le scénario cible amplifie ces tendances tandis que dans le scénario « de crise », le rythme des créations nettes d’emploi pour les métiers de cadres sera plus ralenti.

Autres tendances

  • Poursuite de la tertiarisation des emplois : les métiers du tertiaires regroupent en 2012 plus de 76% des emplois. Dans le scénario central, ils seront à l’origine de près de 94% des créations totales d’emplois (91% dans le scénario cible)
  • Relative polarisation des emplois et des qualifications : progression de l’emploi qualifié et de l’emploi peu qualifié, au détriment de l’emploi moyennement qualifié

Quelques pistes pour « les politiques en faveur de l’apprentissage et de l’emploi des séniors »

Des perspectives d’emploi favorables aux jeunes

Les métiers où la part des jeunes débutants est la plus élevée sont dans leur majorité des métiers plutôt porteurs : ingénieurs et techniciens informatiques, personnels d’étude et de recherche, ingénieurs et cadres techniques de l’industrie…etc. même si les jeunes débutants sont également très présents dans certains métiers peu porteurs.

Le maintien d’une forte croissance du recours à l’apprentissage, qui passe par la progression de la proportion d’apprentis dans des métiers où leurs effectifs sont faibles, est donc conditionnée par le développement de l’apprentissage, aussi bien dans les métiers d’ouvriers et employés, que dans les métiers très qualifiés.

L’emploi des séniors : il y aura 1,5 million de séniors actifs supplémentaires en 2022 (par rapport à 2012)

La situation sera très contrastée selon les métiers :

  • La place des séniors n’est pas forcément très importante dans les métiers où les créations de postes pourraient être importantes, par exemple celui d’ingénieur en informatique
  • Dans les métiers où la place des séniors pourrait être structurellement élevée (banque et assurance, métiers administratifs…etc.) et où les évolutions technologiques ou organisationnelles sont importantes, il est nécessaire que l’accès à la formation continue soit suffisant pour tenir à jour les compétences professionnelles
  • …etc.

Accéder à l’étude intégrale (66 p., téléchargeable)
http://www.strategie.gouv.fr/blog/2014/07/rapport-les-metiers-en-2022/
Source : www.strategie.gouv.fr
Date : juillet 2014

A lire également : 500 000 apprentis en 2017 : mission impossible ?
http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/500-000-apprentis-en-2017-mission-impossible.html
Source : www.letudiant.fr
Date : juillet 2014

Un Commentaire

  1. Bonjour
    Je suis à la recherche de données chiffrées sur le nombre, poids des PME sous-traitantes selon les secteurs d’activité et le degré de sous-traitance.

    Ces données sont-elles disponibles ? Si oui, comment peut-on se les procurer ?

    En vous remerciant par avance pour votre collaboration.
    Cordialement
    Evelyne BOUCHON

Laisser un commentaire

Champs Requis *.