Définition d’un cadre de compétences pour intégrer l’ingénierie durable dans les formations technologiques 

Le vendredi 22 avril est célébrée la Journée mondiale de la Terre, « le mouvement participatif en environnement le plus important de la planète ». L’engagement de l’IMT est de faire de ses étudiants des acteurs de la transition écologique en vue d’imaginer et construire un monde durable. L’Observatoire s’engage ainsi à informer, identifier et accompagner l’évolution des compétences en lien avec la transition écologique.

Découvrir la thèse de Catherine Perpignan (publiée en 2021 sur l’archive HAL) sur les compétences et connaissances en ingénierie durable et le cadre de référence structurant – le modèle ROSET, pour aider les établissements, les équipes pédagogiques et les enseignants à concevoir leur offre de formation, avec une application à l’écoconception.

Résumé : La nouvelle génération d’ingénieurs doit être formée pour apprécier les impacts économiques, environnementaux et sociétaux de ses décisions, dans une perspective internationale et à l’échelle locale et mondiale. Accompagner la transition vers une ingénierie durable, former et être formé à cette ingénierie sont ainsi devenus depuis quelques années des enjeux majeurs pour la société, les industriels, les institutions de formation de tous niveaux, les enseignants et les étudiants. Dans un système à la fois mondial et local, collectif et individuel, concevoir, produire, vendre, utiliser et recycler des produits de plus en plus complexes sont autant de problèmes eux aussi complexes à résoudre pour les ingénieurs. Ils se doivent d’adopter une approche intégrative et systémique pour être prêts à relever de tels défis, qui dépassent les limites d’une seule discipline ou culture. Il est donc nécessaire de questionner la capacité du système éducatif actuel, et en particulier l’organisation et le contenu des formations supérieures en ingénierie, qu’elles soient initiales ou tout au long de la vie, à apporter une réponse adaptée à ces enjeux. Notre travail a consisté dans un premier temps à faire un état des lieux de l’intégration du développement durable dans les formations françaises pour identifier les forces et les faiblesses des programmes actuels. Partant de ce constat et en étudiant la littérature scientifique nous avons identifié les compétences et connaissances en ingénierie durable nécessaires à développer chez les étudiants et fait des propositions pour participer de l’évolution du système actuel. Nous les avons organisées dans un bloc de compétences en ingénierie durable et avons proposé un cadre de référence structurant – le modèle ROSET, pour aider les établissements, les équipes pédagogiques et les enseignants à concevoir leur offre de formation. Une démarche de mise en œuvre du modèle vient compléter et opérationnaliser le modèle. La dernière partie de ces travaux présente des exemples d’activités pédagogiques pour aider les enseignants à s’engager dans une nouvelle proposition éducative en s’appuyant sur ce cadre de compétences.enfr

Abstract : The new generation of engineers must be trained to measure the economic, environmental and societal impacts of their decisions, from an international perspective and on a local and global scale. Supporting the transition to sustainable engineering, training and being trained in this engineering field have therefore become major challenges for society, industry, training institutions at all levels, teachers and students from recent years. In a system that is both global and local, collective and individual, designing, producing, selling, using and recycling increasingly complex products are also complex problems for engineers to solve. They must adopt an integrative and systemic approach to be prepared to meet such challenges, which transcend the boundaries of any single discipline or culture. It is therefore necessary to question the capacity of the current education system, and in particular the organization and content of higher education courses in engineering, whether initial or lifelong, to provide an appropriate response to these challenges. Our work consisted initially in making an inventory of the integration of sustainable development in French training to identify the strengths and weaknesses of current programs. Based on this observation and by studying the scientific literature, we have identified skills and knowledge in sustainable engineering necessary to develop and have made proposals to participate in the evolution of the current system. We have organized them into a sustainable engineering competencies block and have proposed a structuring reference framework – the ROSET model. This model should help institutions, teaching teams and teachers to design their own training path. A model of the implementation process completes and operationalizes it. The last part of this work presents some examples of educational activities to help teachers who want to engage in a new educational proposition based on this framework of competences.enfr

CITATION : Catherine Perpignan. Définition d’un cadre de compétences pour intégrer l’ingénierie durable dans les formations technologiques : application à l’écoconception. Sciences de l’ingénieur [physics]. Université de technologie de Compiègne, 2021. Français. ⟨tel-03573052⟩

Télécharger la thèse en pdf.

Leave A Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.