Insertion de la génération 2010 sur le marché du travail (interrogée en 2013 par le CEREQ)

Points à retenir

  • 369 000 jeunes sont sortis de l’enseignement supérieur en 2010 (ce qui représente 40% de la génération 2010)
  • Le niveau du diplôme s’est élevé entre la génération 2004 et la génération 2010 : en 2010, 1/3 ont obtenu un diplôme bac+5, et 1/20 un doctorat
  • 54% sont des femmes, avec une représentativité très variable en fonction du domaine de diplôme
  • Environ 67 000 jeunes ont séjourné  l’étranger durant leur dernière année d’études : soit parce que leur cursus le prévoit, soit pour un stage, soit pour un emploi. Cela représente plus de 70% des diplômés de grandes écoles (27% pour les docteurs)
  • Près de 70% des jeunes ont effectué au moins un stage au cours de leur cursus (2 sur 3 ayant été effectué au cours de la dernière année d’étude)
  • 12% ont effectué leur cursus en apprentissage (et 1 diplômé sur 5 en écoles d’ingénieurs)

Retour sur leurs 3 premières années de vie active

  • L’accès immédiat et durable à l’emploi concerne 45% des sortants (dont 90% des bac+2/3 en santé, et 70% des diplômés d’un M1 sciences, d’un doctorat de math/physique, sciences de l’ingénieur ou informatique et électronique, santé)
  • « C’est à partir de la rentrée 2011 (septembre-octobre), soit en moyenne deux ans après la sortie de l’enseignement, que
    la part des jeunes en emploi devient plus importante que celle des jeunes au chômage ou en inactivité. »
  • 3 ans après leur sortie, 90% des diplômés de grandes écoles sont en CDI, et plus de 65 % sont cadres en 2013 (contre 88 % pour les diplômés d’écoles d’ingénieurs)
  • En dehors des disciplines de santé,le taux de chômage des docteurs atteint 10 % et varie fortement selon les disciplines

Changement de mode de recrutement dans certains secteurs : l’exemple des ingénieurs et cadres techniques de l’industrie

  • Les effectifs ont peu augmenté, mais la part de jeunes débutants embauchés a presque doublé entre la génération 2004 et la génération 2010 : 13 300 postes contre 7 000
  • A partir d’un diplôme bac+5, les disciplines d’origines des recrutés sont plus variées (12% de LSHS, droit, économie, gestion, alors qu’ils n’étaient que 3% pour la génération 2004)
  • A l’inverse, la part de ces postes occupée par des jeunes diplômés d’écoles d’ingénieurs a baissé : 43% pour la génération 2010 (54% pour la génération 2004)

Consulter l’étude (64 p., téléchargeable)
http://www.cereq.fr/publications/Nef/Faire-des-etudes-superieures-et-apres-Enquete-Generation-2010-Interrogation-2013

Lire le dossier de presse
http://www.cereq.fr/articles/Espace-Presse-Articles/Faire-des-etudes-superieures-et-apres

Source : http://www.cereq.fr/
Date : septembre 2015

Leave A Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.