Veille Emploi de l'Observatoire des métiers de l'IMT

Toute l'information sur l'emploi et les métiers de nos diplômés

Que dit le rapport « Métiers 2022 » sur les ingénieurs?

| 2 commentaires

 

En complément de l’infographie du 27 avril (voir notre post), le rapport de France Stratégie indique qu’entre 115 000 et 212 000 emplois seront créés chaque année, selon le scénario macroéconomique analysé… mais combien pour  les ingénieurs et les chercheurs?
Les perspectives pour les futurs diplômés ingénieurs et chercheurs sont très positives puisque les créations d’emploi seront supérieures à la moyenne. Autres éléments : un gros effort est encore à mener concernant la féminisation de ces emplois! et la croissance des emplois dans l’industrie sera plus limitée que pour la moyenne des secteurs.

En dehors de l’emploi pour les ingénieurs informatique et télécom le rapport traite des « Chercheurs, ingénieurs et cadres de l’industrie ». De manière plus globale il aborde l’emploi des « cadres dont les ingénieurs de l’industrie, le personnel d’étude et de recherche ». Mais avant de repérer les éléments importants, il est nécessaire de voir les scénarii macro-économiques sur lesquels sont basées les projections.

Les scénarii :

Le scénario central est basé sur une croissance en France plus faible de la productivité et 4% de croissance mondiale hors UE.
Le scénario de crise combine une dégradation de la croissance en Europe et en France, un impact durable sur les capacités d’investissement et d’innovation et donc l’emploi ainsi qu’un ralentissement de la demande mondiale.
Un retour à une productivité d’avant la crise, une forte innovation et une « meilleure articulation industrie-services » caractérise le scénario cible.

Perspectives positives pour les cadres  :

Quel que soit le scénario macroéconomique envisagé, la croissance des métiers de cadres sera plus élevée que pour l’ensemble des autres métiers. En scénario central elle serait de 1.7% par an contre 0.7% pour les autres.

L’emploi pour les managers bénéficiera à la fois d’une croissance du nombre d’emploi et de départs à la retraite.

A l’inverse, les ingénieurs et cadres techniques de l’industrie, le personnel d’études et de recherche connaitront moins de départs en fin de carrière.

Ceci est tout particulièrement vrai pour les ingénieurs de l’informatique, les recrutements se faisant avant tout en faveur de jeunes diplômés.

Dans le scénario central avec le développement en IT, nano….(et autres technologies), et les investissements en recherche et développement, la création d’emplois pour les ingénieurs, cadres techniques et ingénieurs informatique pourrait être de 220 000 sur la période 2012-2022 soit un taux net d’emploi de 2% par an en moyenne.

En 2022, 90 000 créations nettes d’emploi d’Ingénieur informatique et télécom :

Évolutions de l’emploi à l’horizon 2022 selon le scénario central (cf. page 271)

En milliers

IngéInfoTélécom_Metiers2022

Source : Insee, enquêtes Emploi 1990 à 2012 ; Dares, séries rétropolées 1990 à 2002, moyennes mobiles sur trois ans ; projections France Stratégie-Dares 2012 à 2022, scénario central

Comme le montre le schéma, l’évolution annuelle de l’emploi est positive pour les ingénieurs informatique et télécom. Cela reste vrai quelque soit le scénario retenu :

  • Situation de crise : +1.8%
  • Scénario central : +2.2%
  • Scénario cible : +2.6%

L’âge médian pour les ingénieurs informatique était de 38 ans en 2010-2012 (contre 42 pour l’ensemble), donc à l’horizon 2022 le taux de départ à la retraite sera plus faible : 1.1% contre 2.3% en moyenne sur l’ensemble.

En scénario central, en 2022 136 000 emplois d’ingénieurs seront à pourvoir dont 90 000 suite à des créations nettes d’emploi. Cette demande croissante d’ingénieurs dans le domaine informatique et télécom, s’expliquerait par des besoins de plus en plus importants de compétences en management de projet, en accompagnement du changement et en conseil.

Des créations d’emploi pour « Chercheurs, ingénieurs, cadres techniques » :

Ce domaine professionnel (Cf. page 245) concerne des métiers qui se retrouvent dans tous les secteurs d’activité qu’ils soient de l’industrie ou des services avec une spécificité concernant les chercheurs (dans lesquels ne sont pas comptabilisés les enseignants chercheurs) que l’on va retrouver dans les secteurs ayant une forte activité de R&D.

Dans le scénario central :

  • 260 000 postes seraient à pourvoir en 2022 pour l’ensemble du domaine hors mobilité professionnelle, dont la moitié par création d’emplois.
  • 130 000 correspondraient à des créations d’emploi soit une croissance annuelle largement supérieure à l’ensemble des domaines (1.9% contre 0.7%).
  • Cette croissance se répartirait en 1.9% pour les chercheurs et 1.7% pour les ingénieurs et cadres techniques.

Dans la mesure où l’emploi des chercheurs est corrélé au niveau des investissements en R&D, il pourrait connaitre une croissance annuelle à 2.4% si le scénario cible se réalisait (83 000 emplois) contre 76 000 emploi (1.7% annuel) pour le scénario de crise.

L’emploi ingénieurs et cadres techniques est moins sensible aux variations de scénario : en situation de crise la croissance annuelle serait de 1.4% contre 1.7% pour le scénario central.

Cette croissance et ce, quel que soit le scénario, s’appuie sur de fortes évolutions technologiques, des modifications des systèmes de production et de nouveaux enjeux concernant   les questions de sécurité, d’environnement, de qualité. L’étude note que dans le scénario de crise, le niveau de qualification aura un poids décisif.

Évolution annuelle en % de l’emploi selon scénario

Évolution annuelle, en pourcentage

 IngéCadresTechniquesIndustrie_Metiers2022

 Source : projections France Stratégie-Dares

 

Parler de nouvelles compétences plutôt que de nouveaux métiers

Peut-on parler de nouveaux métiers dans les domaines qui nous intéressent ? L’étude estime que la taille des catégories professionnelles retenues ne le permet pas et que l’objet de l’étude ne porte pas sur le contenu des métiers. Il s’agit d’un cadre global de réflexion.

Elle précise toutefois que les métiers les plus porteurs d’emplois verront une accélération de l’évolution de leur contenu et des compétences nécessaires pour les exercer du fait des transformations technologiques et organisationnelles.

La féminisation des métiers : encore un effort !

Quel que soit le scénario, la part des femmes continueraient de croitre tout particulièrement dans les métiers les plus qualifiés. Mais l’étude n’indique pas ce qu’il en est pour les métiers d’ingénieurs…. sauf pour l’informatique qui risque de maintenir son retard dans le domaine si les stéréotypes de changent pas!

Emploi dans l’’industrie : croissance faible et surtout sensible aux scénarii

Création nette d’emploi par secteurs, selon les scénarii : page 113

Évolution annuelle 2012-2022, en pourcentage

 CréationNetteEmploi_Métiers2022

Source : projections France Stratégie-Dares

Conclusion :

L’étude est intéressante en particulier puisque l’horizon est plutôt favorable pour nos futurs diplômés ingénieurs et managers…. Particulièrement pour l’informatique… mais elle ne nous donne pas d’information concernant les autres secteurs d’innovation comme l’énergie, les matériaux…

Elle ne nous dit rien non plus concernant l’évolution des emplois pour nos diplômés expérimentés. En effet, l’ « ingénieur » et tout particulièrement celui de nos écoles évolue vers le management et pour certains le top management et donc ne se trouve plus référencé en tant qu’ingénieur ou cadre technique.

 

Retrouver le rapport
http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/fs_rapport_metiers_en_2022_27042015_final_0.pdf
http://www.strategie.gouv.fr/publications/metiers-2022-prospective-metiers-qualifications

Source : http://www.strategie.gouv.fr