Veille Emploi de l'Observatoire des métiers de l'IMT

Toute l'information sur l'emploi et les métiers de nos diplômés

Ce que la génération Y attend des entreprises (étude Deloitte)

| 1 commentaire

Une étude Deloitte publiée le 23 janvier « Millenial Survey 2014 », se penche sur les « attentes et aspirations des futurs leaders » de la génération Y, qui représenteront 75% de la population active mondiale en 2025.

Cette étude a été réalisée auprès de plus de 7 800 personnes nées après 1983 ayant fait des études et travaillant à temps plein, dans plus de 26 pays.

Les entreprises ont un impact positif sur la société, mais cela ne suffit pas

74% des personnes interrogées estiment que les entreprises ont un impact positif sur la société : création d’emplois (48%), facteur de croissance (71%), mais les thématiques rattachées à la RSE comme la raréfaction des ressources naturelles (68%), le changement climatique (65%) ne sont pas assez prises en compte.

Ainsi la moitié aimerait travailler dans une entreprise se comportant de façon éthique, et ce chiffre monte à plus de 60% pour les interrogés des pays émergents.

Ils estiment de la même façon que les pouvoirs publics ont un impact négatif sur le chômage (-15%), les inégalités de revenus (-31%), et la raréfaction des ressources (-12%)…dans certains domaines qui sont traditionnellement dévolus aux gouvernements, les entreprises paraissent même avoir un impact plus positif : l’éducation, la santé et la prévention des maladies par exemple.

Encourager l’innovation, et permettre le développement du leadership

Ces jeunes actifs veulent laisser leur empreinte dans la société, en travaillant pour des organisations qui encouragent l’innovation (critère important pour 78% d’entre eux), et leur permettent de développer leurs compétences, en particulier en matière de leadership. Ils sont ainsi plus d’un quart à souhaiter que leur entreprise leur laisse l’opportunité  de montrer leurs capacités à mener et à diriger.

70% (82% dans les pays émergents, et 52% dans les pays « développés ») ne s’identifient pas au modèle traditionnel de l’entreprise, et pourraient envisager de travailler à leur compte.

Des variantes selon le degré de maturité des marchés

Les répondants des pays émergents ont globalement une vision plus positive que celle des répondants des pays « développés », et des préoccupations qui diffèrent. Ainsi dans les pays « développés » le principal défi à venir dans les 5-10 ans sera le chômage, alors que le changement climatique, et la raréfaction des ressources sont plus cités dans les pays émergents par exemple.

De la même façon, 81% des personnes interrogées dans les pays émergents ont une vision positive de l’entreprise, contre 63% dans les pays développés.

Les résultats de l’étude pour la France

Au sein des pays « développés » la France paraît avoir un avis moins positif que celui de l’échantillon total d’Europe de l’Ouest (Allemagne, Royaume-Uni, France, Espagne, Italie, Hollande et Suisse).

  • les français interrogés ont ainsi la vision la plus négative de l’évolution de la situation économique globale à 12 mois : -30% (contre  14% pour le chiffre mondial), -18% en Italie, et 21% au Royaume-Uni par exemple.
  • 37% seulement estiment les entreprises capables de développer les compétences de leurs salariés en matière de leadership (contre 49% au niveau mondial)

  Accéder à l’étude intégrale « Millenial survey 2014 » (55 p., en anglais, téléchargeable)
http://www.deloitte.com/view/fr_FR/fr/mediatheque/c88f82a6dc5b3410VgnVCM1000003256f70aRCRD.htm#
Source : www.deloitte.com
Date : janvier 2014

Voir également, sur le même sujet, l’article de M-S. Ramspacher paru dans Les Echos du 25 janvier 2013 : « L’entreprise va devoir s’adapter aux Y »
http://www.lesechos.fr/25/01/2013/LesEchos/21362-140-ECH_l-entreprise-va-devoir-s–adapter-aux-y.htm?texte=ramspacher
Source : www.lesechos.fr
Date : janvier 2013

Un Commentaire

  1. Pingback : Ce que la génération Y attend des...

Laisser un commentaire

Champs Requis *.