Veille Emploi de l'Observatoire des métiers de l'IMT

Toute l'information sur l'emploi et les métiers de nos diplômés

Forum des Télécommunications 2013 : le baromètre conjoncture de l’Observatoire des métiers

| Aucun commentaire

Le Forum des Télécommunications 2013 a connu un niveau de participation des entreprises quasiment identique à celui de 2012.
•    81% des entreprises présentes appartenaient aux secteurs directement liés aux technologies de l’information et de la communication : SSII et ingénierie, conseil et audit, éditeurs de logiciels, opérateurs, industrie télécom et électronique,
•    19%,  les secteurs clients et utilisateurs des TIC : services (hors SSII dont les banques), autres industries, autres secteurs.

Le niveau de présence d’une année sur l’autre peut-il être un indicateur des perspectives économique ?

En réalité par vraiment car  il peut être interprété de différentes  manières :
•    les entreprises sont  en situation de reprise d’activité,
•    elles sont plus intéressées par des stagiaires que par des recrutements,
•    même si la situation est tendue elles doivent rester visibles  de leurs principales sources de recrutement d’ingénieur ? L’enquête 2009 avait montré par exemple que les sociétés de conseil et les SSII tiraient les leçons des années 2000 et souhaitaient continuer à recruter  afin d’être prêtes en cas de reprise.

L’enquête conjoncture menée par l’Observatoire des Métiers de l’Institut Mines-Télécom depuis 5 ans, même si elle ne se base que sur les entreprises présentes sur le Forum et ayant accepté de répondre à notre enquête, donne des tendances pour l’année et l’historique nous montre qu’elles sont globalement conformes à la réalité.
Cette  5ème enquête conjoncture donne des tendances positives quant aux perspectives des secteurs représentés sur le forum.
Par rapport à un contexte global encore marqué par la crise, les secteurs d’activité intéressés par nos diplômés et présents au Forum des Télécommunications, ont globalement indiqué des perspectives positives :

Des perspectives d’activité en hausse par rapport à celles de 2012

–    84% des entreprises interrogées prévoient un niveau d’activité supérieur à celui de 2012…. Contre 80% en 2012
–    Et aucune n’envisage une activité inférieure à l’année précédente  alors qu’elles étaient 4% à la même période

Les perspectives de recrutement de jeunes diplômés meilleures qu’en 2012 grâce à un développement d’activité
•    Les prévisions 2013 de recrutement sont pour 59% des entreprises identiques  au niveau de recrutement de  2012,
•    et en très légère hausse pour 27% d’entre elles
•    59% des recrutements seront liés à un développement d’activité (contre 46% en 2012)

Rappel : les informations recueillies concernent le recrutement des jeunes diplômés tout particulièrement ingénieur. Ce segment de la population est généralement dans une situation favorable même pendant les situations de  crise (tout particulièrement dans le domaine de l’IT) et une entreprise peut avoir un plan de licenciement et de restructuration tout en prévoyant de recruter des jeunes diplômés : besoin de nouvelles compétences (réorientation de marchés), préparation de l’avenir…, diminution de la masse salariale….
Le comparatif sur 5 ans montre un décalage qui s’accroit entre activité et niveau de recrutement.

Comme nous l’avons déjà constaté lors des enquêtes précédentes, il n’y a pas de corrélation directe entre niveau d’activité et niveau des recrutements.

Si l’on compare les prévisions d’une année sur l’autre, on constate les conséquences de l’instabilité de la situation économique : les entreprises tendent  plutôt vers une stabilité des niveaux de recrutements  que vers une corrélation directe développement d’activité et augmentation des recrutements :
•    Si  elles sont 59% à estimer que leurs recrutements seront liés au développement d’activité contre 46%  à la même période en 2012, ce qui confirme la bonne santé économique des secteurs recrutant nos ingénieurs,
•    Seules 27% envisage un niveau supérieur de recrutement … elles étaient 36% en 2012 et 73% en 2011
•    Et 59% des entreprises pensent avoir un niveau identique de recrutement, contre 45% l’année dernière et 27% en 2011
Le comparatif sur 5 ans des projections de recrutement par rapport à l’année d’enquête confirme dans nos domaines une tendance de sortie de crise :
En 2010, on voyait l’impact de la crise car le nombre d’entreprises  sans plan de recrutement  futur était largement supérieur à celui de 2009… En 2011 et 2012, le nombre d’entreprise ayant un plan de recrutement a augmenté sensiblement chaque année : de 32 à 39%.
En 2013, le nombre d’entreprises indiquant qu’elles ont un plan de recrutement pour le futur est supérieur à celui obtenu en 2012 (42%) d’autant qu’en 2012 45% des  entreprises refusaient d’indiquer si elles avaient ou non un plan de recrutement
Mais en même temps, le nombre d’entreprises affichant  qu’elles  n’ont pas de plan de recrutement est revenu à un niveau non négligeable (30%) mais sans atteindre celui obtenu en 2010 (55%).
Enfin, l’éventail des domaines de recrutement reste stable dans sa répartition : conseil, études et développement informatique et réseaux, architecture ingénierie,  déploiement exploitation, études et développement.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.